Grève des agents des services diplomatiques français au Maroc Pour une équité dans les revalorisations salariales

jeudi 3 mars 2011
par  SUPMAE-FSU
popularité : 74%

Des centaines d’agents des services français consulaires, diplomatiques et culturels, soumis au droit local, sont en grève dans plusieurs villes du pays, depuis lundi dernier jusqu’à jeudi. A Rabat, “80% des effectifs globaux sont en grève”, selon Fouad Bououden, secrétaire général du Syndicat unitaire des services français affilié à l’UMT (Union marocaine du travail).


Ils manifestent notamment contre l’attribution inégalitaire des revenus en fonction du statut. “Sur les 800 agents français et marocains soumis au droit local, 70% d’entre eux sont mal payés et parmi ces derniers, 80% sont des Marocains. Lorsqu’une jeune diplômée ressortissante française est rémunérée environ 15.000 dirhams, elle est souvent formée par des agents marocains qui ont plusieurs années d’expérience et qui ne sont pourtant payés que 4156 dirhams”, explique Laurent Serra, secrétaire général du SUPMAE - FSU au Ministère des Affaires Étrangères à Paris.

Avant d’ajouter “qu’avec l’arrivée d’Alain Juppé, beaucoup de changements dans le sens de nos revendications devraient avoir lieu d’autant plus que le Maroc est le pays où la France est le pays le plus représenté de manière quantitative et où elle engrange le plus de bénéfices.”

Il faut savoir qu’Alain Juppé a pris hier les fonctions de ministre des Affaires étrangères français, succédant ainsi à Michèle Alliot-Marie.

Dans un entretien accordé hier à l’AFP, Alain Juppé avait déclaré que “l’essor de l’Afrique” constituait l’une de ses priorités, ainsi que l’Union pour la Méditerranée (UPM) qui, selon lui, représente “une initiative prémonitoire” étant donné les révolutions en cours dans certains pays arabes.

Nabila El Hadad