LA FSU/MAE INTERPELLE LE MINISTRE

lundi 17 novembre 2014
par  SUPMAE-FSU
popularité : 44%

Lors du CTM des 5 et 6 novembre 2014, la FSU/MAE a rappelé au Ministre Laurent Fabius l’engagement pris – dès sa prise de fonction en mai 2012 et lors de sa 1ère participation au CTM - de tout mettre en œuvre pour obtenir de Bercy des moyens financiers en faveur du Ministère.

Ce rendez-vous d’automne – très important - a permis d’évoquer les principaux points suivants :

EFFECTIFS : la FSU/MAE a réclamé l’arrêt des suppressions de postes, et rappelé que le Ministère a largement contribué à l’effort de réduction des dépenses publiques.
Elle a interpellé le Ministre sur la nécessité d’assurer à l’ensemble des agents, à l’étranger comme en administration centrale, des conditions de travail optimales.
Les missions du MAEDI ont évolué et se sont vues renforcées, mais les suppressions d’ETP se poursuivent de manière drastique ; le travail à flux tendu ainsi imposé aux agents porte atteinte à leur santé et à leur sécurité au travail.
La FSU/MAE a demandé au Ministre de mettre fin à cette situation.

MOYENS FINANCIERS : les engagements pris en mai 2012 n’ont pas été tenus et les moyens financiers promis ne sont pas au rendez-vous.
Réduction drastique des effectifs, extension des PPDFTA, allongement des temps de séjour, mise en place du RIFSEEP, charte du temps de travail, règlements intérieurs etc… Toutes ces mesures – annoncées au titre de la rationalisation – ne poursuivent qu’un seul but : faire toujours plus d’économies, quitte à mettre le service public et ses agents en danger.
En matière de politique salariale, la FSU/MAE a interpellé le Ministre sur les rémunérations des agents de catégorie C et B, et demandé une amélioration immédiate des mesures en faveur de ces personnels.
Elle a insisté sur l’inquiétude des agents, soucieux de leur devenir dans un contexte difficile, et sur la nécessité de leur prouver par des mesures concrètes l’attachement du Ministre à leur égard.

AGENTS CONTRACTUELS : la FSU/MAE a interpellé le Ministre sur la situation des agents de la MICEL en Turquie, qui se sont vus refuser le statut d’électeurs par le MAEDI alors qu’ils sont sous sa tutelle directe.
Elle a réfuté l’interprétation faite par le SAJI des textes visant à statuer sur leur qualité d’électeurs au scrutin du 4 décembre prochain, et souligné que ces agents – électeurs au CTM – étaient nécessairement électeurs au CTPE local.
Elle a rappelé que les engagements présidentiels n’ont pas été tenus vis-à-vis de ces agents, à qui le MAEDI a imposé des contrats deux fois deux ans pour ne pas les CDIser ; des contrats dont personne ne veut, pas plus les personnels que les autorités locales, et des agents qui sont pourtant loin de percevoir des salaires d’expatriés !
La FSU/MAE a exigé que les questions qui les concernent soient traitées a minima au niveau du CTM puisqu’elles ne seront pas abordées en CTPE local.

RECRUTÉS LOCAUX : la FSU/MAE a rappelé au Ministre que les agents de recrutement local contribuaient, au même titre que les titulaires et les contractuels, au rayonnement de la France et qu’une attention particulière devait être accordée à leur protection sociale et à l’amélioration de leur pouvoir d’achat.

Elle a demandé la suppression de l’actuel mode de calcul de la mesure coût-vie - qui consiste à retirer le taux d’inflation France du taux d’inflation pays - et rappelé qu’avant 2012, le calcul prenait en compte uniquement le taux d’inflation moyen annuel du FMI défini par pays.
La FSU/MAE a demandé que la totalité du taux FMI soit versé aux ADL, afin d’améliorer leur pouvoir d’achat.

RÉSEAU CULTUREL : Il y a un an, la FSU/MAE se félicitait de la décision de ne pas rattacher les établissements culturels à l’Institut Français, décision qui allait dans le sens de la préservation du service public à l’étranger et du maintien de l’outil linguistique et culturel au sein du MAEDI.
La FSU/MAE a pris note du maintien du statut quo actuel concernant le statut des EAF, et de la volonté du MAEDI de privilégier la voie de la modification de la LOLF, strictement encadrée et limitée au réseau culturel, dans le cadre des concertations interministérielles menées avec la DGAFP et le BUDGET.
La FSU/MAE maintient sa vigilance sur ce dossier sensible de la normalisation juridique du statut des EAF, qui doit être finalisée avant la fin de l’année 2014
Elle a rappelé la spécificité des EAF (des RL pas sous plafond d’emploi du MAEDI), et réclamé plus de souplesse dans les créations de postes au niveau du réseau culturel.
La FSU/MAE a demandé que soit transmise la cartographie exacte du schéma d’emploi pour l’ensemble du réseau à l’étranger, et pas simplement des indications chiffrées globales par programme.

DIALOGUE SOCIAL ET ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES : la FSU/MAE a interpellé le Ministre sur les difficultés liées à la participation des électeurs du réseau culturel à l’étranger, plus particulièrement ceux des EAF, au scrutin du 4 décembre prochain.
Elle a demandé au Ministre d’assurer partout le respect du principe d’égalité de traitement des électeurs du réseau diplomatique, consulaire et culturel à l’étranger.


Navigation

Articles de la rubrique

  • LA FSU/MAE INTERPELLE LE MINISTRE