ELECTIONS PROFESSIONNELLES 2014 - UN GRAND RENDEZ-VOUS SOCIAL MANQUE

dimanche 4 janvier 2015
par  SUPMAE-FSU
popularité : 49%

Un grand rendez-vous social manqué le 4 décembre dernier : recul du taux de participation - perte de confiance des agents - conjoncture favorable au repli sur soi...

Les électeurs ont envoyé un signal fort aux organisations syndicales, à charge pour elles de faire évoluer le dialogue social dans une nouvelle architecture, en administration centrale comme à l’étranger, et de redonner confiance aux agents en attente de réponses concrètes à leurs revendications légitimes.

Le service public est plus que jamais en danger, mis à mal par des réformes successives qui, au lieu de le rendre plus compétitif, le détruisent peu à peu.

Le dialogue social nécessite une implication totale de l’Administration à tous les niveaux ; il ne doit pas se résumer à quelques points d’information, et à des échanges avec les représentants des personnels bienveillants à son égard.

Donner corps au dialogue social, avec vous et pour vous - tel est le défi que la FSU/MAE vous propose de relever pour les 4 années à venir.

Le service public doit évoluer et s’adapter, mais cette transformation ne doit pas se faire au détriment des agents qui le servent sans compter.

Le 4 décembre dernier, l’ensemble des personnels de la fonction publique était amené à voter pour désigner leurs représentants dans les instances de dialogue social au niveau local et national pour les 4 années à venir.

Le contexte économique et social n’incite pas à la confiance et à l’espoir dans l’avenir ; il n’a pas incité les agents à participer massivement aux différents scrutins : moins d’un électeur sur deux a voté et le taux global de participation a reculé par rapport à 2011.

Ce repli est regrettable pour les personnels et l’avenir du service public.


Le grand rendez-vous social espéré n’a pas eu lieu ; l’absence de réponse aux attentes légitimes des agents, notamment en matière d’emploi et de salaire, n’a pas permis de donner corps au dialogue social.

La FSU/MAE a bien reçu le message adressé par les électeurs.


Elle remercie les agents qui l’ont choisie pour les représenter et les défendre pour les 4 années qui viennent, les adhérents qui lui ont renouvelé leur confiance, ainsi que les militants qui se sont mobilisés et ont mobilisé leurs collègues, notamment à l’étranger, où les équipes se sont dépensées sans compter pour assurer – dans des conditions souvent difficiles – un taux de participation significatif à l’ensemble des scrutins.

Il faut s’attacher désormais à redonner confiance à l’ensemble des agents pour mener à bien les évolutions nécessaires et obtenir des réponses à leurs revendications.

La FSU/MAE reste une force syndicale combative, exigeante ; elle porte haut les valeurs de justice, d’égalité et de solidarité ; elle reste déterminée à mener avec les personnels les débats et actions nécessaires pour continuer à peser pour la fonction publique, pour le service public et pour les agents.

A l’étranger où elle a obtenu d’excellents résultats, la FSU/MAE continuera à faire évoluer sa représentativité, en liaison étroite avec ses représentants locaux et les syndicats nationaux avec lesquels elle est en partenariat.

En centrale, la permanence syndicale a renforcé son équipe parisienne, pour se donner les moyens d’assurer pleinement les missions qu’elle s’est fixées.

Comme l’indique la DGAFP (voir PJ), la FSU reste le 1er syndicat représentatif au Ministère des Affaires Etrangères (AEFE incluse) avec 29,2 % des suffrages valablement exprimés ; un résultat global en hausse par rapport à 2011, et qui permet de relativiser le léger recul (-1 point) au CTM du MAEDI, où la FSU/MAE conserve néanmoins sa représentativité au sein de cette instance incontournable de dialogue social.

La lutte continue, avec vous et pour vous.

Ensemble, pour faire entendre votre voix et valoir vos droits.

Meilleurs vœux à toutes et tous./.


Documents joints

DGAFP - RESULTATS DEFINITIFS ELECTIONS (...)