LE MINISTERE DU 21 EME SIECLE

lundi 29 juin 2015
par  SUPMAE-FSU
popularité : 50%

Comme il s’y était engagé lors du CTM du 13 mai 2015, le Ministre a reçu les représentants des personnels - en format restreint - afin de poursuivre le dialogue avec les organisations syndicales sur l’exercice de réflexion collective engagé sur le thème du "Ministère des Affaires étrangères du 21ème siècle".

La FSU/MAE a interpellé le Ministre lors de cet entretien, lui rappelant les engagements pris à son arrivée en 2012 de "tout mettre en oeuvre pour obtenir de Bercy les moyens financiers en faveur du Ministère".

Ces engagements n’ont pas été tenus : depuis trois ans la réduction des effectifs et des moyens se poursuit.

La FSU/MAE a réclamé au Ministre l’arrêt des suppressions de postes, le Ministère ayant largement contribué à l’effort de réduction des dépenses publiques.

Elle a interpellé le Ministre sur la nécessité d’assurer à l’ensemble des agents des conditions de travail optimales et lui a demandé de mettre fin au travail à flux tendu imposé aux agents et qui porte atteinte à leur santé et à leur sécurité au travail.

Les moyens financiers promis ne sont pas au rendez-vous : réduction drastique des effectifs, extension des PPDFTA, allongement des temps de séjour, mise en place du RIFSEEP, charte du temps, règlements intérieurs etc...

Toutes ces mesures - annoncées au titre de la rationalisation - ne poursuivent qu’un seul but : faire toujours plus d’économies, quitte à mettre en danger le service public et ses agents.

La FSU/MAE a attiré l’attention du Ministre sur le "black out" qui perdure sur les questions financières, celles-ci n’étant même plus abordées en CTM...

Elle a demandé au Ministre si le Ministère du 21ème siècle serait celui du dialogue social, qu’il appelle de ses voeux et dont il se félicite pour sa qualité.

La FSU/MAE a rappelé que le dialogue social devait se pratiquer au quotidien, à tous les niveaux hiérarchiques, et sur tous les sites.

Elle a insisté sur la nécessité d’offrir aux agents des perspectives réelles en matière de rémunération et de carrière.

Pour la FSU/MAE, le compte n’y est pas.

Il reste beaucoup de chemin à parcourir, notamment en matière de transparence, d’information et de communication, conditions indispensables selon notre organisation syndicale à un dialogue social de qualité.

"Mesdames, messieurs,

Alors que le monde se transforme, le Quai d’Orsay doit être à la hauteur des défis du siècle qui s’ouvre.
Jamais les équilibres mondiaux n’ont évolué aussi vite. Le rôle d’une diplomatie globale ne peut se cantonner aux aspects traditionnels de la politique étrangère. Notre mission est, à l’interface entre la France et le monde, d’anticiper, de décider et de prendre de l’avance pour défendre et promouvoir aux mieux les intérêts de notre pays.

J’ai, depuis mon arrivée, concentré nos efforts sur quatre priorités : la paix et la sécurité, l’organisation et la préservation de la planète, la réorientation et la relance de l’Europe, le rayonnement et le redressement de la France. Pour les mettre en œuvre, nous avons besoin d’un ministère répondant aux exigences prévisibles du XXIè siècle : adaptation, globalisation, modernisation et exemplarité.

C’est le sens de la réflexion lancée depuis le début de l’année et à laquelle vous êtes ici invités à participer. Toutes les contributions sont les bienvenues : celles des différentes directions de l’administration centrale et des postes ; celles des organisations représentatives du personnel ; et celles de tous les agents, par l’intermédiaire de cette consultation "MAEDI 21". J’annoncerai fin août, à l’occasion de la XXIIè conférence des ambassadeurs, les principales conclusions de ces travaux.

C’est ensemble que nous construirons le ministère du XXIè siècle."

L’annonce de la réflexion par le Ministre, en janvier dernier, a été suivie de réunions de consultation dans les directions et les Postes, puis de réunions avec les acteurs du développement et d’échanges avec les Français de l’étranger, les milieux économiques, les collectivités territoriales, le monde associatif, les médias, et le monde culturel et universitaire.

Inscrite dans le cadre de la modernisation de l’Etat et du Ministère, la consultation MAEDI 21, ouverte aux agents, a permis de recueillir leurs contributions et propositions, articulées autour des sept questions suivantes :

  • comment doivent évoluer les missions du Ministère du 21ème siècle ?
  • comment rendre encore plus cohérente et efficace l’action extérieure de l’Etat ?
  • face aux crises et aux grands changements du contexte international, comment le Ministère peut-il mieux anticiper, mieux s’adapter et être plus réactif ?
  • comment le Ministère peut-il agir davantage au service des citoyens français et des autres acteurs de l’action extérieure ?
  • comment innover et simplifier encore plus nos méthodes de travail et nos outils ?
  • comment continuer à renforcer la politique des compétences et des ressources humaines ?
  • quelles autres exigences du Ministère du 21ème siècle n’a pas été évoquée selon vous dans ce questionnaire ?

Le Ministre a indiqué aux représentants des personnels que la synthèse de l’ensemble de ces consultations était en cours, et que les conclusions feraient l’objet d’une annonce lors de la "semaine des ambassadeurs" fin août prochain, afin de présenter les orientations retenues.

D’ici là, un comité de suivi va être instauré, afin de permettre à l’administration et aux organisations syndicales de poursuivre ensemble la réflexion.

Le Ministre a insisté sur la nécessité de définir de grandes orientations, qui devront s’accompagner de mécanismes d’adaptation et de grilles d’analyse.

Pour la FSU/MAE, l’élargissement du champ de compétences du Ministère des Affaires Etrangères au Développement International se fait au détriment des agents.

Depuis trois ans les suppressions de postes se multiplient, les conditions de travail se dégradent ; l’allongement des carrières et les réformes à coût constant ne font qu’accentuer les inégalités entre agents.

Les engagements pris par le Ministre à son arrivée en 2012, de tout mettre en oeuvre pour obtenir de Bercy les moyens financiers en faveur du Ministère n’ont pas été tenus ; la diminution des moyens budgétaires se poursuit, année après année.

La FSU/MAE a interpellé le Ministre et lui a demandé d’user de son influence afin d’obtenir les moyens humains et financiers nécessaires au bon fonctionnement du Ministère, tant à l’administration centrale que dans ses représentations à l’étranger.

C’est le sens de la déclaration faite par la FSU/MAE en séance, consultable en PJ./.


Documents joints

LA FSU/MAE INTERPELLE LE MINISTRE LE 25 JUIN (...)