Nouvelle attaque contre les recrutés locaux

jeudi 15 septembre 2011
par  SUPMAE-FSU
popularité : 35%

L’annonce des mesures coût/vie a été laborieuse et les niveaux annoncés insuffisants. Pour en rajouter un peu, le ministère a décidé en catimini en juillet de réduire ces miettes à encore moins : 60% du coût/vie sur le second semestre 2011 !
La FSU-MAE demande l’annulation de cette mesure et au contraire de nouvelles augmentations pour tenir compte de la réalité de la cherté de vie vécue par les personnels locaux.

La FSUMAE s’adresse au Ministre des Affaires étrangères

Une information est parvenue dans tous postes diplomatiques et consulaires cet été. Elle concerne les mesures coûts vie qui s’appliquent pour les agents de recrutement local.
Au regard de la conjoncture économique française et internationale, on ne pourrait qu’approuver des mesures de solidarité prises sur les plus riches et sur ceux qui ont encore tiré profit de la crise. Mais s’en prendre aux personnels du réseau diplomatique et en l’occurrence aux plus défavorisés d’entre eux relève de l’injustice !

Il nous semble important Monsieur le Ministre de rappeler des faits que vous n’ignorez pas. Le Ministère des Affaires Étrangères est celui de la fonction publique d’Etat qui a le plus contribué à la RGPP en termes de suppressions d’emplois. Sur le budget général de l’Etat il ne représente qu’un pourcentage infime. A tel point qu’on ne peut pas considérer que ce Ministère coûte aux français, ni à la France. Pour autant, notre pays entend maintenir son second rang de la Diplomatie internationale. L’annonce faite aux recrutés locaux de n’appliquer au 1er juillet en mesure coût/vie que 60% du taux du Fonds Monétaire International est une décision anti-sociale dont l’impact budgétaire est infime pour l’Etat mais disproportionné pour les personnels concernés. Est-il nécessaire de vous rappeler, Monsieur le Ministre, que nos agents subissent chaque jour la hausse des prix, de janvier à décembre.

De nombreuses promesses ont été faites aux agents y compris par écrit. Pour prendre un exemple dans un de nos postes ou la France emploie le plus d’agents de recrutement local, le Maroc. La promesse faite de 2% d’augmentation du coût vie se transforme en 1,2% brut auquel il faut déduire les cotisations salariales et fiscales. Simultanément pour ce même pays notre Ambassade se targue d’avoir revu et corrigé les grilles en oubliant probablement inconsciemment de préciser que seules les grilles fonctionnelles ont été améliorées. Malheureusement cet exemple se décline dans de trop nombreux pays.

Les attentes des agents de vos postes sont grandes, leur frustration énorme et leur détermination immense. Nous attendons de vous l’annulation de la mesure concernant les recrutés locaux et pour tous les agents des mesures qui permettent de maintenir le pouvoir d’achat des familles.

Monsieur le Ministre, l’image de l’employeur France s’assombrit considérablement et les personnels concourants à l’action extérieure de l’Etat n’hésiterons pas à engager un mouvement social si leurs requêtes ne reçoivent pas l’écho qu’elles méritent.